25 janvier 2010

Le bonheur (Schopenhauer)

" La satisfaction, le bonheur, comme l'appellent les hommes, n'est au propre et dans son essence rien que de négatif , en elle, rien de positif. Il n'y a pas de satisfaction qui, d'elle-même et comme de son propre mouvement, vienne à nous , il faut qu'elle soit la satisfaction d'un désir. Le désir, en effet, la privation, est la condition préliminaire de toute jouissance. Or, avec la satisfaction cesse le désir, et par conséquent la jouissance aussi. Donc la satisfaction, le contentement, ne sauraient être qu'une... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2010

Critique de Descartes (Kierkegaard)

" Il en est de l'existence comme du mouvement : il est très difficile d'avoir a faire a elle . Si je les pense je les abolis, et je ne les pense donc pas. Ainsi il pourrait sembler correct de dire qu'il y a quelque chose qui ne se laisse pas penser: l'existence. Mais alors la difficulté subsiste que, du fait que celui qui pense existe, l'existence se trouve posée en même temps que la pensée (...)Un penseur abstrait existe bien, mais qu'il existe est plutôt une satire sur lui même. Qu'il trouve son existence par le... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2010

L'instant (Kierkegaard)

« Le temps est donc la succession infinie ; la vie vécue dans le temps et relevant simplement du temps n'a pas de présent. Sans doute, pour caractériser la vie sensible, l'on dit communément qu'elle est dans l'instant. On entend alors par instant l'abstraction de l'éternel, qui, si elle se donne pour le présent, en est la parodie. Le présent est l'éternel ou plutôt l'éternel est le présent, et le présent est la plénitude. C'est en ce sens que le latin disait de la divinité qu'elle est praesens, et en lui appliquant ce... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 14:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2010

L'histoire (Schopenhauer)

" Seule l'histoire ne peut vraiment pas prendre rang au milieu des autres sciences, car elle ne peut pas se prévaloir du même avantage que les autres : ce qui lui manque, en effet, c'est le caractère fondamental de la science, la subordination des faits connus dont elle ne peut nous offrir que la simple coordination. Il n'y a donc pas de système en histoire, comme dans toute autre science. L'histoire est une connaissance, sans être une science, car nulle part elle ne connaît le particulier par le moyen de... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2009

Individus et société (Durkheim)

« Quand je m'acquitte de ma tâche de frère, d'époux ou de citoyen, quand j'exécute les engagements que j'ai contractés, je remplis des devoirs qui sont définis, en dehors de moi et de mes actes, dans le droit et dans les mœurs. Alors même qu'ils sont d'accord avec mes sentiments propres et que j'en sens intérieurement la réalité, celle-ci ne laisse pas d'être objective, car ce n'est pas moi qui les ai faits, mais je les ai reçus par l'éducation. Que de fois d'ailleurs, il arrive que nous ignorions le détail des... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2009

Individus et société (Durkheim)

« Quand je m'acquitte de ma tâche de frère, d'époux ou de citoyen, quand j'exécute les engagements que j'ai contractés, je remplis des devoirs qui sont définis, en dehors de moi et de mes actes, dans le droit et dans les mœurs. Alors même qu'ils sont d'accord avec mes sentiments propres et que j'en sens intérieurement la réalité, celle-ci ne laisse pas d'être objective, car ce n'est pas moi qui les ai faits, mais je les ai reçus par l'éducation. Que de fois d'ailleurs, il arrive que nous ignorions le détail des... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2009

Le lanage (Benveniste)

"En posant l'homme dans sa relation avec la nature ou dans sa relation avec l'homme, par le truchement du langage, nous posons la société. Cela n'est pas coïncidence historique, mais enchaînement nécessaire. Car le langage se réalise toujours dans une langue, dans une structure définie et particulière, inséparable d'une société définie et particulière. Langue et société ne se conçoivent pas l'une sans l'autre. L'une et l'autre sont données. Mais aussi l'une et l'autre sont apprises par l'être humain, qui n'en... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2009

Sujets du Bac 2009

Sujets de la section économique et sociale Sujet de dissertation numéro 1 : Que gagne-t-on à échanger ? Sujet de dissertation numéro 2 : Le développement technique transforme-t-il les hommes ? Commentaire de texte : Un extrait de l'Essai sur l'entendement humain de Locke portant sur l'existence des principes moraux universels (la justice et le respect de lois). "Quant à savoir s'il existe le moindre principe moral qui fasse l'accord de tous, j'en appelle à toute personne un tant soit peu versée dans l'histoire de... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2009

Le mal (Jankélévitch)

" Le mal, être insaisissable, intermittent et fugace comme l'intention même qui l'habite, le mal survient sans se faire annoncer, puis disparaît sans laisser de traces , le mal s'approche, s'éloigne, revient , absence présente, il n'a l'air mauvais que de loin, en gros ou dans sa démarche , vu de près et en détail, il est en somme plutôt sympathique , immobilisé dans sa morphologie statique et hypostasiée dans sa structure actuelle, il prend l'air innocent et il apparaît comme un hôte de bonne compagnie. Les... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 octobre 2009

industries culturelles et cultures de masse (Adorno)

La fusion actuelle de la culture et du divertissement n'entraîne pas seulement une dépravation de la culture, mais aussi une intellectualisation forcée du divertissement. La raison en est d'abord que l'on n'a accès qu'à ses reproductions que sont le cinéma, la radio. A l'époque de l'expansion libérale, le divertissement se nourrissait d'une foi intacte dans l'avenir : les choses resteraient en l'état, tout en s'améliorant cependant. De nos jours, cette foi est encore plus intellectualisée; elle devient ai subtile qu'elle... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 03:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]