19 janvier 2010

Critique de Descartes (Kierkegaard)

" Il en est de l'existence comme du mouvement : il est très difficile d'avoir a faire a elle . Si je les pense je les abolis, et je ne les pense donc pas. Ainsi il pourrait sembler correct de dire qu'il y a quelque chose qui ne se laisse pas penser: l'existence. Mais alors la difficulté subsiste que, du fait que celui qui pense existe, l'existence se trouve posée en même temps que la pensée (...)Un penseur abstrait existe bien, mais qu'il existe est plutôt une satire sur lui même. Qu'il trouve son existence par le... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2010

L'instant (Kierkegaard)

« Le temps est donc la succession infinie ; la vie vécue dans le temps et relevant simplement du temps n'a pas de présent. Sans doute, pour caractériser la vie sensible, l'on dit communément qu'elle est dans l'instant. On entend alors par instant l'abstraction de l'éternel, qui, si elle se donne pour le présent, en est la parodie. Le présent est l'éternel ou plutôt l'éternel est le présent, et le présent est la plénitude. C'est en ce sens que le latin disait de la divinité qu'elle est praesens, et en lui appliquant ce... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 14:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2009

Soren KIERKEGAARD (1813 - 1855)

Éléments de biographie Né en 1813 à Copenhague, Kierkegaard est avant tout un penseur religieux. En 1837, il rencontre Régine Olsen, se fiance avec elle, mais rompra brutalement pour des raisons que nous serions tentés de rapprocher de celles qui motivent les actes du héros de son roman philosophique Le Journal du séducteur (1843). Il soutient sa thèse de doctorat de philosophie l'année suivante : Le Concept d'ironie constamment rapporté à Socrate. Dès 1843, sa prolixité n'a d'égale que son succès : Ou bien … ou bien (1843),... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]