25 janvier 2010

Le bonheur (Schopenhauer)

" La satisfaction, le bonheur, comme l'appellent les hommes, n'est au propre et dans son essence rien que de négatif , en elle, rien de positif. Il n'y a pas de satisfaction qui, d'elle-même et comme de son propre mouvement, vienne à nous , il faut qu'elle soit la satisfaction d'un désir. Le désir, en effet, la privation, est la condition préliminaire de toute jouissance. Or, avec la satisfaction cesse le désir, et par conséquent la jouissance aussi. Donc la satisfaction, le contentement, ne sauraient être qu'une... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2010

Critique de Descartes (Kierkegaard)

" Il en est de l'existence comme du mouvement : il est très difficile d'avoir a faire a elle . Si je les pense je les abolis, et je ne les pense donc pas. Ainsi il pourrait sembler correct de dire qu'il y a quelque chose qui ne se laisse pas penser: l'existence. Mais alors la difficulté subsiste que, du fait que celui qui pense existe, l'existence se trouve posée en même temps que la pensée (...)Un penseur abstrait existe bien, mais qu'il existe est plutôt une satire sur lui même. Qu'il trouve son existence par le... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2010

L'instant (Kierkegaard)

« Le temps est donc la succession infinie ; la vie vécue dans le temps et relevant simplement du temps n'a pas de présent. Sans doute, pour caractériser la vie sensible, l'on dit communément qu'elle est dans l'instant. On entend alors par instant l'abstraction de l'éternel, qui, si elle se donne pour le présent, en est la parodie. Le présent est l'éternel ou plutôt l'éternel est le présent, et le présent est la plénitude. C'est en ce sens que le latin disait de la divinité qu'elle est praesens, et en lui appliquant ce... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 14:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2010

L'histoire (Schopenhauer)

" Seule l'histoire ne peut vraiment pas prendre rang au milieu des autres sciences, car elle ne peut pas se prévaloir du même avantage que les autres : ce qui lui manque, en effet, c'est le caractère fondamental de la science, la subordination des faits connus dont elle ne peut nous offrir que la simple coordination. Il n'y a donc pas de système en histoire, comme dans toute autre science. L'histoire est une connaissance, sans être une science, car nulle part elle ne connaît le particulier par le moyen de... [Lire la suite]
Posté par philoprof09 à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]